Résumé

Les éleveurs du Bénin ont développé des pratiques indigènes agrosylvopastorales et sylvopastorales pour réduire leur vulnérabilité au changement climatique. En tant que systèmes agroforestiers, ces pratiques sont mal connues dans le contexte du changement climatique au Bénin. Ainsi, la présente étude vise à caractériser les élevages agrosylvopastoraux et sylvopastoraux de deux zones agroécologiques du Bénin. A cet effet, une enquête a été menée auprès de 180 éleveurs de bovins des zones cotonnières du nord et du centre Bénin. Les données collectées ont été relatives aux caractéristiques sociodémographiques, au type de système mise en place par les éleveurs et à la superficie occupée par les cultures et arbres/arbustes. A l’aide des méthodes d’Analyse Factorielle des Correspondances Multiples (AFCM), une typologie de quatre (4) groupes d’éleveurs a été établie. Il s’agit de petits agrosylvopasteurs (Groupe 1: PAS) constitués de 35,5% des enquêtés, de petits sylvopasteurs (Groupe 2: PSV) représentant 4,4 % des enquêtés, de grands sylvopasteurs (Groupe 3: GSV), constitués de 5% de l’échantillon et enfin de grands agrosylvopasteurs (Groupe 4: GAS), constitués de 55% des enquêtés. Cette caractérisation constitue un point de départ pour l’évaluation de la productivité de chaque groupe ainsi que le potentiel des pratiques indigènes pour l’atténuation des effets du changement climatique.


Mots clés: Changement climatique, agroforesterie, bovins, sylvopastoralisme, Bénin