Résumé

La multiplicité des acteurs impliqués dans la filière et l’engouement des consommateurs de tamarin (Tamarindus indica L.) témoigne de la valeur socio-économique de ce dernier. Cette importance justifie l’étude socio-économique dans la zone écologique I du Togo, portée sur un échantillon de 98 récolteurs, 50 commerçantes et 30 transformatrices de fruits du tamarinier. L’étude vise à : (i) identifier les acteurs de la filière de tamarin, (ii) caractériser les circuits de commercialisation et (iii) évaluer les revenus générés par la commercialisation des de tamarin. Elle a permis de rassembler et d’analyser les informations liées à la récolte et à la commercialisation. La quantité moyenne récoltée par personne est de 110 ± 50 kg. Le prix moyen par kg est compris entre 135 ± 34 et 220 ± 65 F CFA en fonction de la disponibilité. Chez les revendeuses, ce prix varie entre 320 et 618 F CFA par kg. Le revenu moyen par récolteur se situe entre 12 920 et 23 605 F CFA. Chez les revendeuses, le revenu est entre 63 217 et 303 145 F CFA. Afin d’assurer une utilisation et une conservation durables de T. indica, il est impératif de mieux étudier sa structure démographique.


Mots clés : Fruitier spontané, commercialisation, chaine de valeurs, PFNL, zone écologique